Politique énergétique

Carte interactive
    LMV retenue par l’Etat dans le cadre du Programme Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte  

    LMV a été retenue en partenariat avec huit autres intercommunalités et un Pays sous l’égide du Parc Naturel Régional du Luberon, territoire à énergie positive pour la croissance verte labellisé TEPCV depuis 2015. Ce groupement intitulé "Luberon - Haute-Provence" rassemble 117 communes pour 205.000 habitants. 

    Cette labellisation va permettre à LMV et ses communes membres de bénéficier de subventions pour des travaux liés à la réduction de la consommation d’énergie, à la diminution des émissions de gaz à effet de serre, à la production d’énergies renouvelables, à la promotion de l’éducation à l’environnement ou encore à la préservation de la biodiversité.

    L'éclairage public, priorité 2015

    L’éclairage public représente 47% de la consommation d’électricité des communes et rejette annuellement 670 000 tonnes de CO2 sur le plan national.

    C'est pourquoi dès 2015, les communes de Cavaillon, Oppède et les Taillades se sont engagées à rénover tout ou partie de leur éclairage public. A ce titre, elles ont reçu des aides de l'État. D'autres communes de LMV ont aussi franchi le pas des travaux de rénovation de l’éclairage dans le cadre de TEPCV : Cheval-Blanc, Les Beaumettes, Maubec, Lauris, Mérindol et Puget ont ainsi rejoint Cavaillon, Oppède et Les Taillades sur le sujet.

    Récemment, les candélabres du camping La Durance à Cavaillon ont été changés. Ils ont été remplacés par de nouveaux à lanternes LED. Ces équipements sont programmés pour s'éteindre, pour partie, au milieu de la nuit. Par ailleurs, la directrion du flux lumineux est maîtrisée dans la demi-sphère inférieure. En d'autres termes, ces lampadaires sont programmés pour éclairer ce qu'il faut, quand il faut, comme il faut, et donc éclairer "juste".
    Cette rénovation du mobilier urbain permet de concilier les intérêts économiques de la collectivité, la réduction de la pollution lumineuse et les économies d'énergie.

    Dans le giron de LMV, les communes de Cabrières-d'Avignon, Maubec, Oppède et Les Beaumettes ont aussi fait la démarche d'éteindre totalement leur éclairage public au milieu de la nuit. D'autres communes, dont certaines ont bénéficié de financements CEE TEPCV, comme Cheval-Blanc, Lagnes, Les Taillades, Mérindol, Puget, Lauris, ont choisi d'éteindre une partie de leurs points lumineux la nuit. Cavaillon, quant à elle, réfléchit à la question.
     

    Pourquoi cibler l'éclairage public ?

    Des économies d’énergie considérables sont notamment accessibles grâce à l’utilisation de lampes plus efficaces (les lampes à vapeur de mercure qui composent 30 à 35 % du parc d’éclairage public sont moins efficaces que les lampes à LED qui permettent généralement de diviser par trois les consommations d’énergie pour un éclairage amélioré (lié à la maîtrise du flux) et facilitent la mise en place de l’extinction ou de l’abaissement de puissance aux heures les moins fréquentées de la nuit.)

    En ayant recours aux dispositifs incitatifs que sont les certificats d’économie d’énergie, l’ADEME estime qu’une réduction de plus de 30% par rapport à la consommation globale d’électricité du parc est envisageable avec les technologies actuelles. Concernant l'exemple du camping La Durance à Cavaillon, cette consommation a même été divisée par cinq.

    L’économie peut encore être augmentée par la mise en place de systèmes de gradation de la lumière, qui permettent d’adapter la quantité de lumière émise aux besoins, et éventuellement d’extinction de l’éclairage en pleine nuit dans certaines zones. Si de nombreuses communes rurales ont l’habitude de couper leur éclairage public ou de mise en valeur pendant les heures de la nuit où l’activité humaine est très réduite, la plupart des communes importantes maintiennent un éclairage permanent sur l’ensemble de leur réseau.

    Par ailleurs, ce parc, globalement vétuste (le Syndicat de l’éclairage estime qu’au moins 40% des luminaires en service ont plus de 25 ans), présente donc un vaste potentiel de réduction des nuisances lumineuses et des consommations d’énergie. Les nombreuses rénovations de matériels à venir constituent ainsi une opportunité à ne pas rater afin d’améliorer la qualité de l’éclairage tout en réduisant les nuisances lumineuses, pour un coût similaire au renouvellement à l’identique.

    Source : Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie

Rechercher sur le site

S'inscrire à notre newsletter

J'ai déjà un compte

Je n'ai pas de compte

Créer un compte